Retour de Meknès

A l’occasion d’une formation professionnelle, j’ai eu la chance de passer 3 jours dans la ville impériale de Meknès. Ça tombe bien, je ne connais pas ! je n’ai fait qu’y passer rapidement l’an dernier lors d’un séjour à Fès. J’ai pris le train dimanche après-midi, 1h30 plus tard j’étais arrivée à destination. Hôtel, rencontre avec une collègue, rafraîchissement au bord de la piscine, et arrivée d’une autre collègue avec qui je suis partie explorer la médina. J’aime bien cette partie de la ville, l’ambiance, les odeurs d’épices et de fruits secs, les étals de textiles et d’artisanat, les vieux murs, et les ruelles à n’en plus finir de se perdre. Ici,  la vieille ville est très différente. A l’entrée de la médina (et donc historiquement, de la ville de Meknès), la majestueuse porte El Mansour domine la place Lahdim, toujours animée par la présence de familles, locaux, touristes, vendeurs ambulants, animateurs, chameaux, paons et même autruches ! Bâtie au 18e s., elle est la plus grande de toutes les portes impériales du Maroc, et l’une des plus belles du monde.

Dans nos déambulations, nous avons rencontré un artisan vannier. Des paniers de toutes tailles habillent la « boutique », c’est beau. J’y retournerai le lendemain avec ma collègue Marie, je me restreins à un petit cabas sur lequel je fais ajouter des grandes anses en cuir, tandis qu’elle achète cinq modèles en prévision de cadeaux.

Durant ce séjour, en plus d’un peu de shopping et de la découverte de la médina, j’ai eu la chance de visiter deux lieux incroyables. D’abord le cinéma Caméra, le plus ancien de la ville, qui date de 1938. Le mobilier et le décor actuels sont ceux d’origine. Le balcon, les fauteuils en cuir vert, le drapé couvrant l’écran, le compteur électrique derrière la caisse, le lustre du hall d’entrée, l’incroyable fresque murale signée Marcel Couderc, la salle de projection, et des affiches de films de série Z. Comme un voyage dans le temps.

Un autre voyage se présente à moi lorsque le dernier soir, un collègue chez qui nous profitons de la terrasse avec vue sur les toits de la médina nous propose de descendre dans le riad voisin abandonné. Sans hésitation aucune, nous enjambons une balustrade et découvrons un riad tombant en ruine mais dont on peut aisément imaginer le faste original. Le lieu est immense, le gebs (ou l’art du plâtre ciselé et décoratif)) et quelques portes et plafonds peints sont encore en bon état, mais le reste des murs et des boiseries laissent à désirer, il faut faire attention où l’on marche et ne surtout pas penser à s’appuyer sur les balustrades et rampes d’escaliers. La lumière du jour diminue, il est l’heure d’aller retrouver les collègues au restaurant.

En conclusion, j’ai eu la sensation d’être partie une semaine. L’ambiance, l’hôtel, la formation, les échanges et discussions, les vadrouilles et visites, le jardin dans lequel nous déjeunions, l’air frais matinal, le changement de décor et de rythme, plusieurs choses qui ont ce déplacement très agréable et m’ont fait beaucoup  de bien. Si j’ajoute à cela quelques dires positifs et flatteurs de certains collègues à mon encontre, je suis super ravie et reconnaissante de cette opportunité pro à laquelle j’ai participé.

En bonus, il y aura sûrement un week-end à Tanger fin juillet (si je peux récupérer mon lundi sur un samedi), un autre à Marrakech en septembre (merci jour férié), et la participation à un événement exceptionnel à Casablanca en octobre. Au top !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s